La police racompagne son fils parce qu’elle n’a pas payé la cantine

Parce que sa mère n’avait pas payé la facture de la cantine, la police a ramené chez lui un enfant de sept ans pendant sa pause déjeuner, jeudi 9 septembre.

L’incident s’est produit le 9 septembre à Saint-Médard-de-Guizières, une ville de Gironde. Ce jour-là, pendant l’heure du déjeuner, des policiers locaux sont venus à l’école primaire de la ville et ont secouru un enfant de sept ans. L’autre est ensuite ramené à son domicile. Comment en est-on arrivé jusque là ? Sud Ouest et BFMTV ont découvert deux ans de factures de cantine impayées.

Le montant total dû serait de plus de 800 euros, soit environ 350 à 400 repas. Malgré plusieurs avertissements, les agents municipaux estiment que la crise durera jusqu’en 2019. Les actes de la municipalité irritent la mère, même si elle ne les conteste pas. « Quand quelqu’un a un problème avec son loyer, peu importe la raison, il a 7 ans, et nous ne pouvons pas l’utiliser pour résoudre le  problème, de cette manière.  Qu’il s’agisse de la cantine ou autre, on ne s’en prend pas à ses enfants. C’est loin d’être normal. » Chirley Raymond, la mère de l’enfant, sanglote au micro de BFMTV.

Nous pensons que le gouvernement local est derrière ce geste. Mireille Conte Jaubert, la maire de la commune, a indiqué à BFMTV que ses services ont appelé toutes les familles pour demander le remboursement des frais de cantine non payés, soit 17 000 euros. Chirley Raymond est la seule personne qui a refusé de payer son obligation. La mère de l’enfant a déclaré dans les colonnes de Sud Ouest qu’elle espérait que son état s’améliore au cours du mois.

Share Button

1 commentaire sur “La police racompagne son fils parce qu’elle n’a pas payé la cantine”

  1. Lorsque les migrants arrivent clandestinement, on leurs trouvent une maison, ils sont nourris gratuitement, et pour les petits français, même pas les restes. Ont ils chercher à connaître la situation de cette mère de famille. Je ne sais pas. Mais en tout les cas. Pauvre France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *