Le ministre Olivier Véran a annoncé hier la suspension de 3 000 salariés du secteur de la santé non vaccinés.

Seules 3 000 suspensions ont été notifiées dans les établissements concernés, selon le ministre de la Santé, qui a précisé sur « RTL » que sur les 2,7 millions de salariés soumis à la campagne de vaccination automatique des soignants, qui est entrée en application le mercredi 15 septembre, seulement 3 000 soignants ont été notifiés.

« Je suis toujours inquiet », a fait remarquer Olivier Véran au micro de RTL ce jeudi 16 septembre. « Mais il n’y a pas eu de cafouillage, et la couverture vaccinale en Ehpad et à l’hôpital est significativement plus élevée qu’elle ne le serait sans l’obligation vaccinale. » Selon le ministre de la Santé, 3 000 suspensions de poste ont été annoncées sur les 2,7 millions de salariés impactés par l’obligation vaccinale des professionnels de santé, qui vise à enrayer la propagation de la maladie et à en réduire les dangers.

Il a fait état de seulement « quelques dizaines » de démissions volontaires après la mise en place de l’obligation vaccinale dans les hôpitaux et les Ehpad, jeudi 16 septembre.

« Près de neuf individus français sur dix » ont été vaccinés, selon le rapport.

« Tous les individus qui travaillent au contact de Français fragiles, âgés ou malades sont désormais vaccinés, ce qui signifie que le danger est diminué », a-t-il déclaré, ajoutant que « la continuité et la qualité des soins étaient garanties hier », malgré la nécessité pour les soignants d’avoir reçu au moins une dose de vaccin Covid.

La France est également l’une des nations où « la couverture vaccinale est actuellement la plus étendue », selon Olivier Véran. Malgré l’évocation d’un taux de vaccination de « près de neuf Français sur dix », le ministre est resté formel : « Je ne suis pas satisfait de cette situation. » Du coup, son ambition dans les jours et semaines à venir est d’aller encore plus loin.

D’éventuelles mesures d’économie

D’autant que le nombre de personnes touchées par la pandémie en France ne cesse de diminuer. Le nombre de patients hospitalisés dans des unités de soins intensifs est passé sous le seuil crucial des 2 000 mercredi 15 septembre, tandis que le taux d’incidence national est tombé en dessous de 100 cas pour 100 000 personnes.

Ces chiffres sont-ils révélateurs d’un « assouplissement des restrictions » imminent, comme l’a indiqué Emmanuel Macron lors de sa visite du 15 septembre à Iliers-Combray ? »Oui, nous pourrons les relâcher progressivement dans les régions où le virus y circule le moins », confirme Olivier Véran.

De son côté, la ministre de la Santé a précisé que c’est la stratégie mise en place depuis le début de l’épidémie.  » Quand la situation sanitaire le nécessitait, lorsque la pandémie faisait rage, nous mettions en place des précautions supplémentaires de manière très systématique.  » Et nous les avons assouplies chaque fois que la conjoncture sanitaire le permettait.  Nous suivons toujours le même raisonnement aujourd’hui.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *