Les femmes françaises sont plus mécontentes au lit que leurs homologues européennes

Selon un sondage Ifop publié aujourd’hui, 35% des Françaises sont insatisfaites de leur vie sexuelle, soit le meilleur taux des pays de l’écu étudiés par l’institut. La raison principale en est souvent l’injonction à la performance, très présente en France.On connaît déjà l’écart orgasmique entre les hommes et les femmes, mais un écart de satisfaction existe aussi entre les Françaises et leurs voisines européennes. Selon une analyse de l’Ifop pour la société The Poken rendue publique vendredi, 35% des femmes françaises sont peu satisfaites de leur vie sexuelle, le taux le plus élevé observé dans le cadre de l’enquête Ifop, après l’Espagne et l’Italie. Menée auprès d’un échantillon stratifié de 5025 femmes vivant dans les cinq plus grands pays européens (Espagne, Italie, France, Allemagne, Royaume-Uni), cette étude dresse une cartographie de la sexualité des femmes européennes.Selon François Kraus, directeur de l’expertise « Genre, sexualité et santé sexuelle » à l’Ifop, cette proportion de femmes insatisfaites s’explique souvent par plusieurs facteurs : « La plus forte insatisfaction mesurée en France s’explique sans doute par des éléments culturels – comme l’injonction à la performance, qui pousse à des pratiques qui ne sont pas les plus épanouissantes – mais surtout par une pluralité de choses (ex : forte consommation d’antidépresseurs, chômage élevé, stress lié à la vie professionnelle, conditions d’enfermement…. …) qui sont défavorables à l’épanouissement actuel sans être associés à leur sexualité au sens strict », explique-t-il. Corrélée au degré d’insatisfaction sexuelle, l’insatisfaction à l’égard de son amour sexuel atteint également un sommet en France : 28% contre 16% en Allemagne par exemple.Les femmes françaises ont le plus de partenaires Vous vous demandez peut-être dans quelle catégorie la France n’est pas au plus bas. Eh bien, soyez fiers : La France est le pays où les femmes ont le plus de partenaires ! 20% des Françaises ont eu plus de 10 partenaires, ce qui est bien supérieur à l’Italie (9%) et à l’Espagne (13%). » Si le passé de la France d’un certain mode de sexualité à un autre doit énormément aux révolutions sociétales et aux particularités culturelles spécifiques à la France (notamment dans son rapport… plus distancié à la religion), il s’inscrit dans un mouvement plus large qui touche l’ensemble du continent et dont l’indicateur – la multiplication des partenaires sexuels des femmes au cours de la vie – nous semble très révélateur, L’indépendance sexuelle croissante des filles et donc le déclin du discours moral qui a longtemps insinué que ‘la valeur des filles réside dans la parcimonie avec laquelle elles se fournissent », poursuit François Kraus. Les femmes françaises ont le numéro, elles ont maintenant la norme.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *